L’HISTOIRE DE MIYAMOTO MUSASHI

Qui est Miyamoto Musashi? Découvrez les origines du plus grand samouraï japonais.

Les détails de la vie de Miyamoto Musashi, plus grand samourai japonais sont souvent obscurcis par la fable et la fantaisie. Même l’identité de sa mère est débattue. Néanmoins, certains historiens ont pu créer un portrait convaincant de l’homme.

EBOOK GRATUIT REMISE EN FORME A DOMICILE !

Je veux mon Ebook avec les meilleurs aliments et un entraînement pour la remise en forme .

Je suis d'accord pour transmettre mon mail à MailChimp ( more information )

Bien entendu , je ne vends pas les données personnelles de mes abonnés. Tu peux te désabonner à tout moment!

Plusieurs ouvrages romancés mais néanmoins fascinants vont pouvoir nous éclairer dans notre quête vers les origines de Miyamoto Musashi.

Passionné de ce samouraï intemporel, je me suis rendu dans le village de Miyamoto au Japon lors d’un stage d’arts martiaux.

C’est un petit village perdu dans les montagnes Japonaises, il y règne une atmosphère mystérieuse et incroyable, mais n’allons pas trop vite je vous en parle juste après…

Miyamoto Musashi se serait nommé à l’origine Bennosuke et serait né en 1584 dans la province japonaise de Harima, dans l’ouest du Honshu, au village de Miyamoto.

Son nom de famille est issu de son village d’origine, Miyamoto. 

Il était également connu sous le nom de Shinmen Takezō ou Niten Dōraku et il s’est donné le nom complet de Shinmen Musashi no Kami Fujiwara no Genshin bien plus tard.

Mais la postérité connaît mieux ce garçon en tant que maître épéiste et sous l’identité de Miyamoto Musashi qui était sans doute le plus grand des samouraïs de tous les temps avec plus de 60 duels à son actif.

-> Le Livre de Miyamoto Musashi

Le village de Miyamoto

Selon plusieurs historiens et la tradition Mimasaka, le lieu de naissance de notre samouraï est le charmant village de Miyamoto perché dans la nature Japonaise.

Situé à l’origine dans le district de Yoshino de la province Mimasaka il est désormais apparenté au village de Ohara dans la province d’Okayama.

Afin de mieux comprendre les origines de notre héros, nous allons devoir situer son village dans le monde féodal Japonais.

Lorsque je me suis rendu dans le village de Miyamoto Musashi pendant mon voyage au Japon, j’ai été surpris de voir l’authenticité de celui-ci caché parmi les montagnes .

Il y règne une atmosphère agréable mêlant zen et pratique martiale.

Nous avons d’ailleurs pu nous entraîner dans un grand dojo qui se trouve à proximité de bains traditionnels Japonais.

Dojo de Miyamoto Musashi
LE DOJO MODERNE DU VILLAGE DE MUSASHI

Vous pourrez à proximité visiter un musée traitant de Miyamoto Musashi vous l’aurez deviné 🙂

La maison supposée de notre artiste martial est également présente ainsi qu’un sanctuaire en son honneur.

Maison du samouraï du Japon, Musashi

Mais revenons à l’époque féodale des samouraïs Japonais….

Le petit village de Miyamoto était difficile d’accès avec seulement quelques accès pour le relier au reste du Japon.

Sur la colline dominant le village de Miyamoto se trouvait le château de Takeyama avec une fonction de protection pour les habitants de la vallée. Je parle au passé car ce château n’existe plus, malheureusement….

Je n’ose imaginer la beauté de cette œuvre à l’époque surplombant le village de Miyamoto.

L’enfance de Miyamoto Musashi

Il existe une information capitale dans le parcours et la construction martiale de Miyamoto Musashi.

Son rapport avec son père:

Miyamoto Munisai, père de Musashi, était également un artiste martial reconnu

C’est peut-être ainsi que le cœur et l’âme de Musashi ont hérité de l’amour de l’épée pour se transformer en désir de devenir le plus grand épéiste du Japon

Mais sa relation avec son père était tumultueuse.

Dans son enfance, Musashi aurait beaucoup souffert de moqueries de la part de ses petits camarades.

Fils de parents séparés, de nombreuses rumeurs et ragots sur sa mère biologique parcouraient les discussions des villageois.  Son rapport avec sa belle mère était très tendu et elle ne faisait rien pour aider notre petit samouraï dans son rapport avec les gens et les moqueries. 

La légende dit que Musashi s’est formé tout seul, dès le plus jeune âge, à l’art du combat à l’épée.

En analysant un peu et comme la plupart des étudiants en art martiaux Japonais de l’époque, il pratiquait le mimétisme.

Et en particulier sur son père…..

Mais à mesure que Musashi devenait plus expérimenté, son esprit critique envers les techniques d’arts martiaux de son père augmentait.  Il a du fuir à plusieurs reprises sa maison afin de se réfugier chez son oncle Dorinbo, un prêtre shintoïste, qui deviendra plus tard responsable de lui.

La légende raconte que Musashi a failli mourir des mains de son père…

Voilà comment cela s’est passé:

Un jour Musashi critiqua la technique d’art martial de son père, ce dernier eut une réaction violente et lui jeta son poignard et son épée violemment afin d’en découdre.

Musashi réussit à esquiver puis quitta la maison de son enfance, pour la dernière fois…. Il se réfugia chez son oncle qui l’adoptera à l’issue.

A 13 ans, il effectua son premier duel contre un samouraï bien plus âgé du nom de Arima Kihei qui succomba de ses blessures dans un duel à mort .

-> Le Livre de Miyamoto Musashi

Miyamoto Musashi: Samourai ou Ronin?

Dans le Japon féodal, l’instabilité régnait en maître, la guerre était la norme et de nombreux samourais perdaient la vie chaque jour dans des guerres entre seigneurs féodaux.

Le Japon était divisé en 2 camps, l’Est et l’Ouest. Le camp des Togukawa pour l’Est et celui des Toyotomi hideyori pour l’Ouest. Musashi s’engagea du coté de l’Ouest par commodité vu les origines géographiques de son village.

Malgré son jeune âge, il devait faire ses preuves sur les champs de bataille.

La fameuse bataille de Sekigahara changea totalement sa vie… Le 21 Octobre 1600 lors d’une bataille gigantesque qui marqua le changement d’une ère au Japon, Miyamoto Musashi en qualité de soldat subit une lourde défaite mais eut la chance de survivre. (Pour en savoir plus https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Sekigahara)

Il devint alors un samouraï sans maître, un Ronin.

Cependant cette bataille lui fit prendre conscience qu’il ne devait vivre que pour lui-même, c’était décidé!
Il ne travaillerait plus pour un seigneur et assumerait son statut de samourai sans maître. Musashi a ainsi révolutionné la façon de penser de ces combattants en cassant les codes établis, il ne se souciait guère du regard des autres et de son statut, sa vie était simplement dédié au katana.

Le Japon changea d’ère sous la domination du camp de l’Est et des Togukawa.

Musashi devenait un ennemi à éliminer. En l’espace de quelques instants, il était devenu un ronin du coté des perdants.

Plutôt que de travailler pour un autre seigneur, il décida de dévouer sa vie entière au travail de ses compétences à l’épee en provoquant de nombreux duels à mort dans tout le Japon.

Il est devenu un Musha Shugyo, un samouraï errant dans une quête solitaire.

Musha Shugyo, samourai errant, ronin

Les duels de Miyamoto Musashi

Miyamoto Musashi était connu pour l’utilisation de boken (sabre en bois). L’honneur était au-dessus de tout, les duels étaient bien souvent des duels à mort.

Il faut savoir se replacer dans le contexte avec le code du Bushido qui prévalait dans le monde des arts martiaux Japonais.

Miyamoto Musashi partit donc à l’aventure à travers le Japon pour défier les plus grands et ainsi améliorer sa pratique des arts martiaux.

Katana pour les samourais

La famille de Samourai Yoshioka

Le clan Yoshioka était réputé à Kyoto pour avoir été les protecteurs du défunt empereur. Tout simplement une des plus grandes et réputées écoles de samouraïs du Japon.

Pour bâtir sa légende, notre samouraï commença sa série en affrontant le clan Yoshioka. D’après les sources historiques, le premier combat se déroula en 1604.

Il affronta dans un duel épique le frère ainé des Yoshioka nommé Seijiro. Après sa défaite, ce dernier se retira pour devenir moine.
Cependant le plus doué n’était certainement pas le frère aîné Seijiro mais le frère cadet Denshichiro.
Pour laver l’honneur du clan, il défia Miyamoto Musashi.

Il mourut d’une hémorragie suite à un violent coup de bokken sur la tête. Le clan Yoshioka étant le plus gros et le plus influent de Kyoto ne se remettra pas de ce duel.
Les adeptes de ce clan cherchèrent par tous les moyens pour tuer Miyamoto Musashi. Ils utilisaient des arcs et des armes longues distances.

Miyamoto Musashi réussit à fuir grâce à une technique pour laquelle il est devenu célèbre.

“LA TECHNIQUE DES DEUX EPEES” “NITEN ICHI-RYU”

Miyamoto reprend sa voie martiale en parcourant le Japon en quête d’apprentissage et de duels. Malheureusement, peu de duels sont restés dans les archives Japonaises.

Nous savons que Miyamoto Musashi, pendant son exil, s’est éveillé en rencontrant Takuan, un moine d’un style particulier .

Ce dernier apporta ce qu’il manquait à Musashi.

L’éveil martial…

La méditation par Musashi

Miyamoto Musashi appréhendait ses combats avec tactique et intelligence pour ensuite faire parler sa force brute hors du commun.Mais il savait qu’il lui manquait quelque chose afin d’être un artiste martial accompli.

Il s’est donc lancé dans une quête spirituelle en pratiquant la méditation et la peinture.
Cependant son histoire de combattant le rattrapa plus vite qu’il ne le pensait….

Son dernier duel et le plus important de sa vie!!!

-> Le Livre de Miyamoto Musashi

Miyamoto Musashi vs Sasaki Kojiro

Sasaki Kojiro, qui s’appelait également Sasaki Ganryu, était un samourai estimé né dans la préfecture de Fukui en 1585. 

Il était considéré comme le meilleur de son domaine pendant la période Sengoku et les premières années de la période Edo .

La vérité derrière qui a introduit Sasaki Kojiro à l’épée reste incertaine à ce jour. Toda Seigen et Kanemaki Jisai sont les deux maîtres sur lesquels beaucoup de gens débattent concernant l’étude de Sasaki Kojiro sur le style d’épée Chujo-ryu.

Il prit le nom de combat Ganryu “gros rocher” en étant connu pour être impitoyable et n’avoir jamais perdu de duel.

Alors que Miyamoto Musashi pratiquait la technique des deux épées Sasaki Kojiro était maître de sa technique “hirondelle”.

Il utilisait un long Katana Nodachi mais était également maître avec une courte épée.

Il connaissait le maniement de nombreuses armes.

Plusieurs des duels à mort de Sasaki Kojiro sont restés dans les archives historiques japonaises car il était le maître d’arme des Tadaoki, un clan très puissant et respecté au Japon.

Mais concentrons-nous sur sa spécialité: le maniement du Nodachi.

Ce long Katana faisait 90 centimètres face à un Katana standard qui mesure en moyenne 70 cm.

Musashi a très vite entendu parler de la notoriété de Sasaki Kojiro ainsi que de son habileté au maniement des armes.

Il le défia par l’intermédiaire d’un haut fonctionnaire, le combat se déroula sur une île isolée maintenant célèbre nommée Funajima.

Pour les amateurs de géographie, cette île est située entre le Honshu et le Kyushu au Japon.

Le plus grand combat de tous les temps de Samouraï pouvait commencer…

Le dernier combat de Miyamoto Musashi

A la surprise de tous, Musashi sortit de sa retraite et disparut plusieurs jours avant le combat de la province de Hosokawa.

Beaucoup d’observateurs eurent à penser qu’il avait pris peur…

Image de miyamoto musashi et son sabre

Cependant Kojiro servant le seigneur de Hosokawa, Musashi préféra partir de Hosokawa. Car en affrontant Kojiro il était de facto devenu un ennemi des Hosokawa.

Le traité des cinq roues ou Go Rin No Sho

«Il existe de nombreuses sortes d’agitation. L’un est un sentiment de danger, un second est le sentiment que quelque chose dépasse vos capacités et un troisième est le sentiment d’inattendu. Vous devriez étudier cela de manière approfondie. « 

Miyamoto Musashi

Le livre d’Eiji Yoshikawa décrit parfaitement ce passage mémorable qui est le duel entre Kojiro et Miyamoto.

Livre d’Eiji Yoshikawa à lire absolument

D’après le récit, Musashi se serait levé tranquillement avant de prendre une barque pour rejoindre l’île de son duel de Funajima.

En tant que fin stratège, Miyamoto Musashi décida de sculpter une rame en bois afin d’allonger la portée de son épée.

Cette dernière devenant plus longue que la fameuse Nodachi de Sasaki Kojiro.

La légende raconte que notre samourai préféré serait arrivé très en retard à son duel.

Pour beaucoup c’est de la négligence, sauf que cela reviendrait à sous estimer Miyamoto Musashi dans son approche du combat.

En faisant cela, il a perturbé Sasaki Kojiro dans son esprit…

La combinaison de la disparition de Musashi et son retard créèrent un cocktail détonnant.

L’art de la guerre ou le traité des cinq roues…

Lors de l’arrivée de Musashi, Kojiro furieux jeta son fourreau et se dirigea vers Musashi pour en découdre.

 «Vous avez perdu, Kojiro. Seul le perdant n’aura pas besoin de son fourreau.”

Contrairement à ce que tout le monde pourrait penser, les manoeuvres subtiles de Musashi firent perdre son sang froid à Kojiro qui se précipita vers notre samourai.

Musashi l’avait rêvé et pu anticiper le violent coup de sabre que lui portait Kojiro.

Il riposta d’un violent coup à la tête avec son épée rame si bien conçue…

Kojiro réussit à ouvrir la jambe de Musashi d’un coup d’épée bien placé…

Mais cela fut de courte durée car Musashi riposta en ouvrant les entailles de Kojiro Sasaki.

Il s’effondra et se vida de son sang.

Musashi avait fini son dernier combat face à un adversaire réputé invincible et pour beaucoup bien plus fort…
Il se retira devant les témoins du combat. Suite à ce duel et pour la mémoire de Kojiro, l’île fut rebaptisée Ganryu-ima.

Miyamoto Musashi comprit alors que sa quête venait de débuter.

«J’ai compris que je n’avais pas été un vainqueur en raison d’une compétence extraordinaire dans les arts martiaux. Peut-être avais-je un talent naturel ou n’avais-je pas dérogé aux principes naturels? Ou encore, est-ce que les arts martiaux des autres styles manquaient quelque part? Après cela, déterminé d’autant plus à mieux comprendre les principes profonds, j’ai pratiqué jour et nuit. Vers l’âge de cinquante ans, j’ai réalisé tout naturellement la Voie de cet art martial.”

Miyamoto Musashi se consacra à une quête spirituelle dans les arts martiaux jusqu’au restant de ses jours.

Le plus grand samouraï de tous les temps embrassa le Bouddhisme Zen ainsi que la calligraphie et la peinture comme voies….

«Il n’y a rien en dehors de vous qui puisse jamais vous permettre de devenir meilleur, plus fort, plus riche, plus rapide ou plus intelligent. Tout est à l’intérieur. Tout existe. Ne cherchez rien en dehors de vous.”

Miyamoto Musashi

-> Découvrir le Livre de Miyamoto Musashi

J’espère que cet article vous a plu les amis, n’hésitez pas à voir la sélection des livres d’arts martiaux.

-> Voir les meilleurs livres d’Arts Martiaux

Et si vous voulez connaître l’histoire de Musashi en Manga, lisez Vagabond.

-> Voir le Manga sur Miyamoto Musashi
Quand est mort Miyamoto Musashi?

Musashi est mort le 13 juin 1645 à Higo au Japon.

Où est né Musashi?

Son lieu de naissance est inconnu. Cependant, les historiens s’accordent à penser que Miyamoto Musashi serait né dans la province japonaise de Harima, dans l’ouest du Honshu, au village de Miyamoto.

Quel est le vrai de nom de Musashi?

Le nom que le samourai s’est attribué est le nom complet de Shinmen Musashi no Kami Fujiwara no Genshin. Cependant, il se serait nommé à l’origine Bennosuke. Il est également connu sous les dénominations de Shinmen Takezō ou Niten Dōraku.

Quel est le manga sur Miyamoto Musashi?

Le mange sur Musashi le plus connu est Vagabond de Takehino Inoue, l’auteur de Slam Dunk. Son nom japonais se prononcerait Bagobondo et est prépublié dans le magazine Weekly Morning.